Chroniques

Quelles solutions sans Thaddeus Young?

Les cris de douleurs de Thaddeus Young laissaient supposer une déchirure musculaire d’ampleur et une indisponibilité tout aussi étendue. Le verdict est finalement tombé et le sixer sera absent pour trois semaines. Il pourrait donc être de retour pour la réception du Magic d’Orlando le 26 février ou pour le déplacement à Chicago le 28. Il manquerait alors entre 8 et 9 matchs. Un nouveau obstacle sur la route de la qualification pour les playoffs.

Thaddeus Young est depuis le début de la saison le meilleur défenseur des 76ers. Malgré un déficit de taille, le n°21 des Sixers se bat comme un beau diable des deux côtés du terrain. Si son nombre de prises au rebond (7,4 rebonds) est entravé par son sous-dimensionnement pour le poste, sa moyenne au scoring (14,9 pts) révèle son rang préférentiel dans les options offensives des systèmes de Doug Collins. Mais c’est surtout par son intensité défensive sans faille que Thaddeus Young se rend indispensable au bon fonctionnement de la franchise.

Depuis le début de la série de rencontres au Wells Fargo Center, il est tout simplement irréprochable. Astreint à défendre des big men parmi les plus coriaces de la ligue (Carmelo Anthony, Zach Randolph, DeMarcus Cousins, Néné/Okafor), Thaddeus Young avait su hausser son niveau de jeu et réduire l’apport de son adversaire direct. Sans que cela ne soit voit au premier coup d’oeil tant son déficit de taille peut l’handicaper, depuis le début de saison Thaddeus Young repousse ses adversaires directs hors de leur zone de confort.

Positionné au poste 4 et forcé de rester dans la raquette par les dézonages incessants de Spencer Hawes, Thaddeus Young a du faire évoluer son jeu. Il ne truste plus les highlights par ses dunks et ne recourt qu’exceptionnellement à des shoots derrière l’arc. Pour autant, l’ancien de Georgia Tech est le sixer le plus régulier sur le parquet. Les statistiques développées corroborent le jugement à l’oeil. Thad devance largement Jrue Holiday et Evan Turner au PER et en termes de win shares. Et pour cause, Evan Turner ne parvient pas à trouver une once de régularité dans la ligue, capable d’offrir la victoire aux siens face au rival historique de Boston tout comme de traverser des rencontres comme un fantôme, sans avoir aucune prise sur les évènements. Jrue Holiday, lui assume le leadership offensif de la franchise en attendant le retour d’Andrew Bynum. Un retour qui devrait permettre à Holiday de disposer d’un solide partenaire de pick and roll et surtout de le décharger de responsabilités au scoring qui en viendraient à faire oublier que Jrue Holiday est un excellent défenseur. D’ici-là, il vaudra en plus composer sans Thaddeus Young.

Son absence, conjuguée à l’indisponibilité d’Andrew Bynum va contraindre Doug Collins à se creuser les méninges et à changer un 5 de départ qui semblait lui donner satisfaction. De quelles solutions dispose t-il pour pallier l’absence de Thaddeus Young qui devrait concerner tout le mois de février et ainsi maintenir les Sixers dans la course pour les Playoffs?

Précédent1 of 4
Use your ← → (arrow) keys to browse

Comments

Les plus populaires

Sixers-France se veut le lieu de rassemblement de la communauté des fans des Philadelphia 76ers. Site de référence sur la franchise, vous y retrouverez toute l'actualité concernant votre équipe favorite.

Fouillez dans les archives

Catégories

Facebook

Copyright - Sixers-France © 2012-2016

To Top