CR/Résultats

Pas clutch, les Sixers s’inclinent.

Sixers100-Memphie103

On le savait, les Grizzlies de Memphis présentait l’idéal-type du roster à même de nous faire voler en éclat. Disposant de la meilleure raquette de la ligue, les coéquipiers de Rudy Gay se présentaient au Wells Fargo Center avec la ferme intention de marcher sur le secteur intérieur des Sixers et de renouer avec le succès après une défaite concédée la veille à la maison face aux Hornets. Les 76ers étaient prévenus et ont livré une solide prestation entachée par des errements sporadiques qui auront coutée une victoire précieuse.

Le premier quart. 

Dans une équipe en difficulté sans le pivot autour duquel l’effectif a été construit, corriger certaines défaillances en apporte inévitablement de nouvelles sur d’autres secteurs du jeu. Depuis quelques semaines, Doug Collins cherche à mettre un terme à la mauvaise habitude prise par ses hommes de perdre les rencontres dès le premier quart temps. Dès lors il aligne sur le parquet un cinq majeur avec ses meilleures armes, Jrue Holiday, Nick Young, Evan Turner, Thaddeus Young et Spencer Hawes. Et le moins que l’on puisse dire c’est que le remède est efficace. Après avoir remporté le premier quart face aux Knicks, les 76ers se sont payés la peau des Grizzlies d’entrée de jeu. Sous l’impulsion d’un Jrue Holiday décidé à occuper la place de titulaire au All-Star Game après la blessure de Rajon Rondo, les Sixers portaient leur avance à 17 points (32-15) à quelques encablures du terme des 12 premières minutes. La balle circulait alors parfaitement, Thad Young apportait toujours la même énergie dans la raquette des deux côtés du terrain et la réussite extérieure des Holiday, Turner et Young inhibait l’efficacité d’éventuelles prises à deux par les hommes de Hollins. Mieux les 76ers semblaient contenir le secteur intérieur adverse.

Plus de banc

Confrontés à la perspective d’être assujettis à la luxuary, les Grizzlies avaient un temps envisagés de se séparer de Rudy Gay et de son contrat en or massif. Les performances du roster en l’absence de leur ailier les a convaincu qu’il ne s’agissait pas nécessairement de la meilleure option et ce sont donc des éléments de la rotation qui ont été priés de faire leurs valises et de rejoindre les Cav’s. Sans affecter le 5 majeur, ce trade limitait grandement l’apport en sortie de banc. Une aubaine pour les Sixers à l’effectif jugé profond? Pas exactement. Avec J-Rich sur le flanc, et Dorell Wright sur le banc, Doug Collins n’a plus de scoreur en sortie de banc. Après les 8 points marqués face aux Knicks, les 5 remplaçants ont apporté 11 unités. Trop peu.

Le tournant du match.

Dans une partie qui aura vu les changements de leader se multiplier, il est impossible d’isoler un seul fait de jeu. Retenons en trois. La perte de balle de Royal Ivey, seul dans sa moitié de terrain, qui sous la pression abandonna la gonfle àTony Wroten pour une contre attaque qui donnait le ton du quatrième quart.

A 90-90 au tableau d’affichage, le secteur intérieur des 76ers luttent pour arracher un rebond défensif suite à un échec des Grizzlies, mais la gonfle échoue finalement entre les mains de Darell Arthur. Le chrono tourne et les secondes s’écoulent. Le 00 des Grizzlies glisse donc la balle comme une patate chaude à Marc Gasol en tête de raquette. Et l’espagnol réussit le second tir primé de sa saison pour donner 3 points d’avance aux siens.

La gestion des dernières possession. 

A 100-97, possession à suivre, les 76ers ont l’occasion de prendre 5 points d’avance à 2 min 30 du terme de la rencontre. Mais Jrue Holiday se fait « contrer »-« intercepter » par Gasol alors qu’il semblait préparer un fadeway identique à celui qu’il avait réussi 30 secondes en amont. Charitable, Zach Randolph rendait la pareille aux Sixers en commettant un turnover sur une passe piègeuse de Gasol plein centre. Deuxième tentative pour les 76ers de clore le suspens. Spencer Hawes tente (du moins on le croit) de venir jouer le pick-and-roll avec Jrue Holiday sans que sa tentative ne soit concluante. Son retour dans la raquette s’accompagne toutefois, du décalage de Thaddeus Young dans le corner. C’est lui qui hérite de la gonfle pour un tir primé. Manqué. Et comme il n’y a plus personne dans la peinture, les Grizzlies héritent d’un rebond qui s’apparentait à une belle offrande. Quoique, la connexion Bayless-Gasol ne fonctionnait pas. L’espagnol manquait la cible, et Zach Randolph qui avait arraché le rebond offensif n’eut pas plus de réussite. Spencer Hawes récupérait la gonfle, pour une troisième possession à 100-97 en faveur des locaux. On laissa alors Jrue Holiday bien seul face à ses responsabilités. Le meneur all-star prenait un shoot à mi-distance sur Bayless qui ne fit pas mouche. Si Rudy Gay n’avait pas plus de réussite avec son shoot, les Grizzlies profitaient d’un énième rebond offensif de Randolph qui cette fois ne manquait pas sa claquette. Memphis revenait à un point (100-99) mais les Sixers conservaient la possession, cette fois gâchée par une tentative à 3 points de Nick Young au bout des 24 secondes. Après quatre échecs consécutifs des hommes de Doug Collins, les Grizzlies pouvaient prendre la tête. Bayless ne convertissait pas son shoot, mais la défense des 76ers laissait Rudy Gay s’emparer du rebond offensif puis marquer deux points au milieu de trois sixers (100-101). Sur la possession suivante avec 13 secondes à jouer, échoua dans les mains de Thad Young qui échouait. Il restait alors 1.2 sec à jouer, une faute, puis deux lancers convertis par Gay, les 76ers pouvaient rêver à un shoot au buzzer pour arracher une prolongation. Mais Marc Gasol se chargea d’infliger un énorme contre sur Nick Young. Les 76ers perdaient une rencontre après s’être montrés incapables de scorer la moindre unité dans les 150 dernières secondes.

Celui qu’on aurait préféré ne pas voir ce soir. 

En 43 minutes sur le parquet, Marc Gasol nous aura montré tout ce que l’on peut attendre d’un intérieur dominant. L’espagnol est clairement en train de s’imposer comme un des meilleurs centres de la ligue et sa prestation de cette nuit ne calmera pas ses partisans. Avec 27 points (10/15), 7 passes, 7 rebonds, Marc Gasol aura noirci la feuille mais surtout perturbé la défense des 76ers. La présence et la réussite de Gasol poste bas, contraignait les Sixers à multiplier les prises à deux qui ouvraient des espaces pour les artilleurs adversaires.

Marc Gasol nous a écoeuré ce soir, mais il a surtout fait croître les attentes autour de la présence d’Andrew Bynum sur le parquet.

Les Stats du jour.

27. Evan Turner a égalé son record de points cette saison avec 27 unités. Il aura porté les 76ers sur ses épaules au cours d’une seconde période où Jrue Holiday avait perdu son adresse. De manière générale Turner n’a pas été loin d’être le meilleur Sixer sur le parquet.

61,5%. Avec 8 tirs primés sur 15 tentatives, les Grizzlies ont assommé les 76ers derrière l’arc. Dommageable quand on sait que l’adresse à trois points est le principal défaut de cette équipe.

La box score

Capture d’écran 2013-01-29 à 06.49.54

 Les Highlights. 

Avec un bilan équilibré sur les deux premiers matchs de la série de 8 rencontres à la maison, les 76ers sont dans l’obligation d’enchaîner les victoires face aux Wizards et aux Kings. Enchaîner deux victoires consécutives est un impératif. Les 76ers ne l’ont plus réalisé depuis 2 mois…

Comments

Les plus populaires

Sixers-France se veut le lieu de rassemblement de la communauté des fans des Philadelphia 76ers. Site de référence sur la franchise, vous y retrouverez toute l'actualité concernant votre équipe favorite.

Fouillez dans les archives

Catégories

Facebook

Copyright - Sixers-France © 2012-2016

To Top