CR/Résultats

Philadelphia Sixers @ Cleveland Cavaliers (83 – 92). Philly perd la bataille du rebond.

Les 76ers retrouvaient les Cavs trois jours après les avoir battu au Wells Fargo Center. Le match se disputait à Cleveland mais sans Kyrie Irving. De quoi compenser le fait d’être en back-to-back pour les hommes de Doug Collins? Malheureusement non, la faute à la performance éblouissante du remplaçant du meneur star de l’Ohio. Jeremy Pargo qui tournait jusqu’à hier soir à 2,7 points de moyenne au cours des trois bouts de match disputés, a plombé les chances des visiteurs avec 28 points à 11/19. La défense de Jrue Holiday qui avait placé Kyrie Irving sous l’éteignoir n’a pas eu les mêmes effets sur Pargo. Le meneur des Cavs était en feu hier soir. C’est notamment ce qui fait la beauté de la NBA, un obscur homme de banc peut soudainement prendre feu et planter 28 points…

Mais la défaite des 76ers ne s’explique pas seulement au prisme de la prestation inattendue de Jeremy Pargo mais révèle et résulte de deux problèmes structurels et d’une mauvaise habitude des hommes de Doug Collins. Commençons par cette dernière.

Le match commence dès le premier quart.

Une énième fois, les Sixers ont pris un mauvais départ et ont du faire la course derrière pendant tout le match. S’ils étaient parvenus à inverser la tendance face aux Raptors à domicile, en back-to-back face à des Cavs diminués mais frais, le remake ne fut pas possible. Et les Sixers s’inclinent de 9 points après avoir remporté les 3 derniers quarts. Les 76ers auront mené une fois au score à 2-0 lorsqu’après 27 secondes de jeu, Evan Turner s’en alla provoquer la faute et convertir ses deux lancers sur la ligne. En encaissant un 28 – 15 après les douze premières minutes, Philly avait fait une croix sur l’essentiel de ses ambitions. Au prix de belles séries, les 76ers sont revenus par deux fois à seulement 2 points des Cavs. Mais leur adresse absente hier soir ainsi que leur habituelle faiblesse aux rebonds les ont condamné.

Une nouvelle bataille du rebond perdue

Sans Andrew Bynum la principale faiblesse des Philadelphia Sixers réside dans la peinture.  Dès que les adversaires se présentent avec un ou des gros gobeurs de rebonds, les hommes de Doug Collins sont en difficultés. Hier, Anderson Varejao a totalisé 19 prises dont 7 rebonds offensifs accordant autant de double chances aux Cavs. Son partenaire, Tristian Thompson n’est pas en reste avec 11 prises. Au total des les Cavs auront pris 55 rebonds contre 39 pour les gars de Philly. Soit 16 prises d’écart. Un gouffre bien alimenté par une adresse désastreuse des 76ers.

Une excessive dépendance envers l’adresse extérieure. 

En ramenant Andrew Bynum en Pennsylvanie, les Sixers ont récupéré le Franchise Player autour duquel construire leur effectif. Et avec un pivot aussi dominant qu’un Andrew Bynum en pleine forme est destiné à l’être, il est logique et opportun d’y ajouter quelques menaces extérieures. Mais sans le pivot All-Star, les 76ers deviennent excessivement dépendants à l’égard de leur adresse. Une domination totale des adversaires dans la peinture comme face au Jazz peut être compensée par les apports au scoring des shooteurs longue distance, mais quand ces derniers tournent à 4/17 derrière l’arc, la bataille est mal engagée. Seul Jrue Holiday avec un 2/3 a été fiable à 3 points, il ne l’a pas été en revanche en s’approchant du cercle avec un 6/16. De manière générale les 76ers ont été excessivement maladroits shootant à 36%.

Sur les plan individuels, on notera que Thaddeus Young s’est bien battu dans la couleur avec 11 rebonds et 11 points son apport se traduit pas totalement dans ses stats. Evan Turner n’est pas passé loin de réaliser son premier triple double en carrière avec 12 points, 10 rebonds et 7 passes. Le fait qu’il soit après 12 rencontres disputées par Philly le meilleur rebondeur de la franchise en dit long sur les lacunes des 76ers dans la peinture. Avec 16 points, 5 passes, 1 rebond, Jrue Holiday est loin derrière ses moyennes depuis le début de la saison, signe également que si le meneur assume désormais son statut de leader de la franchise, il joue trop. Depuis le début de la saison, Jrue Holiday tourne à 38,3 minutes par match. Il est le 6ème joueur le plus utilisé de la ligue et comme il n’est pas celui qui ménage le plus ses efforts en défense, il n’est pas étonnant qu’il soit moins performant en back-to-back.

Après cette 5ème défaite, les Sixers présentent un bilan de 7-5 avant d’entamer une nouvelle série de trois matchs au Wells Fargo Center qui les verra accueillir le Thunder samedi, puis les Suns le lendemain, avant de retrouver Elton Brand et ses Mavs de mardi suivant. On s’attend à souffrir.

Comments

Les plus populaires

Sixers-France se veut le lieu de rassemblement de la communauté des fans des Philadelphia 76ers. Site de référence sur la franchise, vous y retrouverez toute l'actualité concernant votre équipe favorite.

Fouillez dans les archives

Facebook

Copyright - Sixers-France © 2012-2016

To Top