CR/Résultats

Utah Jazz @ Philadelphia Sixers (93-99)

Trois défaites consécutives au Wells Fargo Center, une humiliation face à l’équipe au plus mauvais bilan de la ligue de près de 20 points, 36 rebonds de moins que l’adversaire captés lors des deux derniers matchs à la maison, et un Monroe pas loin du 20-20, tel est le bilan des Philadelphia Sixers au moment de recevoir le Jazz et son secteur intérieur incroyablement dense. Voilà la figure de l’ennemi. Autant dire qu’il est d’un tout autre calibre que les Bucks ou les Pistons.

Face à Millsap et Jefferson, Doug Collins aligne pour la second fois consécutive, Thaddeus Young et Kwame Brown. Le reste du 5 des Sixers est composé de Jrue Holiday, Jason Richardson et d’Evan Turner. Et dès les premières minutes de jeu, on a compris le discours du coach. En l’absence de Bynum, Jrue Holiday est le leader de cette équipe. Il doit en assumer la responsabilité. Le meneur de Philly a entendu le message et planta 8 points dans les 90 premières secondes de la rencontre. Avec une raquette aussi bien occupée par les intérieurs du Jazz, les Sixers s’en remettent à leur adresse extérieure. Avec quatre paniers primés (Jason Richardson et Jrue Holiday y allant chacun de 3 points réussis sur autant de tentés), les locaux parvenaient à établir le premier écart significatif à la marque + 9 (22-13). Et en se montrant menaçant derrière l’arc, on contraint le Jazz à revoir sa défense. En se portant davantage sur les menaces extérieures de Philly, les hommes de Corbin ouvrent leur raquette. Et les Sixers mènent aux points marqués dans la couleur. C’est un tout autre spectacle que les hommes de Doug Collins offrent au Wells Fargo Center. Au terme du premier quart, les Sixers mènent 30-20. Mais ils sont excessivement dépendants de leur réussite derrière l’arc…Philly est devant mais avec un 66,7% à trois points.

150 secondes sans marquer le moindre panier dans l’entame du second quart replaceront le Jazz dans la partie. Au bénéfice d’un 9-0, les visiteurs se retrouvent à un point des Sixers. Le Jazz repassera même devant au milieu du second quart. Quand l’adresse extérieure revient, (Nick Young, J-Rich) alors les Sixers reprennent l’avantage. Nick Young se sera une nouvelle fois distingué. Après avoir planté un trois points, il subtilise la balle, part seul au panier et loupe son lay up…On préférera donc souligner la solide prestation de Jrue Holiday qui termine la première mi-temps avec 18 points au compteur, et l’apport de Jason Richardon (11 points). Evan Turner livrant une partie plus proche de celle dispensée lors de la confrontation contre les Pistons que celle réalisée au TD Garden, Doug Collins n’hésite pas à laisser sur le parquet Jason Richardson et Nick Young ensemble. Les acteurs rentrent au vestiaire avec une avance de 9 points (52-43) pour les 76ers.

Une nouvelle fois. Une fois de trop, les Sixers commencent le quart temps de la plus mauvaise des manières concédant un 7-0 en laissant à leurs adversaires des lay-up non contestés (Millsap) ou des shoots ouverts. L’occasion pour Paul Millsap de démontrer pourquoi il sera une des pièces les plus convoitées lors de la prochaine Free Agency. Malgré tout la présence de Kwame Brown en défense fut intéressante

Le quatrième quart commença comme les précédents avec un retour du Jazz, bien aidé par son banc (Demarre Carroll a livré hier soir, la meilleure performance de sa carrière). De telle sorte qu’avec 10 minutes à l’horloge, les deux équipes étaient à égalité 71-71.

Mais le 5 des Sixers domine celui du Jazz. Corbin a du se poser des questions, sur le choix des joueurs à laisser sur le parquet. Avec un Evan Turner retrouvé et un Lavoy Allen énergique, les Sixers reprenaient une avance de 9 points (82-73). Une avance que les Sixers géreront jusqu’au terme d’une rencontre remportée 99-93 et qui s’acheva sur un magistral contre de Jrue Holiday sur une tentative à trois points de Paul Millsap.

Face à l’imposant secteur intérieur du Jazz, les Sixers ont remporté la bataille du rebond (43-40) et ont davantage scoré que leurs adversaires dans la peinture (42-38). Comme si le 84-52 cumulé sur les deux derniers matchs, concédé dans la couleur était davantage le signe d’un manque d’intensité plus que de solutions. Lorsque qu’il s’agissait de verrouiller la couleur Doug Collins a aligné ensemble Kwame Brown et Lavoy Allen. Et la défense intérieur des Sixers a été efficace. Un schéma à renouveler lorsque le besoin s’en fait ressentir. D’autant plus que Lavoy Allen boucle son second match consécutif à dix points et plus. Rassurant. L’absence d’implication des joueurs lors des trois derniers matchs au Wells Fargo Center n’est pas complètement oubliée mais Jrue Holiday, excellent cette nuit (26 points, 7 passes, 6 rebonds, et « seulement » quatre turnovers) ont l’occasion de consolider leur bilan positif avec les réceptions prochaines des Cavs dimanche et des Raptors mardi.

Les Sixers devront alors s’appuyer sur ce qui fait leur force et ce qui sous-tend leurs succès, une intensité défensive constante, car les 76ers ne shooteront pas tous les soirs à 55,6% derrière l’arc.

Comments

Les plus populaires

Sixers-France se veut le lieu de rassemblement de la communauté des fans des Philadelphia 76ers. Site de référence sur la franchise, vous y retrouverez toute l'actualité concernant votre équipe favorite.

Fouillez dans les archives

Catégories

Facebook

Copyright - Sixers-France © 2012-2016

To Top