CR/Résultats

Philadelphia Sixers @ Toronto Raptors (93 – 83 ) Philly voyage bien.

Autant le dire dès à présent, après avoir défié le favori de la Division, la veille les Sixers se rendaient au Air Canada Center des Raptors, annoncés comme les bons derniers de cette Atlantic Division monstrueuse, avec le statut de favori (sorry Mr Bookmaker). Les Raptors s’apprêtent à vivre l’enfer dans cette Division. Pour survivre il leur faudra se battre avec toutes les armes à leur disposition. A cet effet, ils ont prévu les uniformes militaires pour intimider leurs adversaires. Pour le moment, leurs tenues indignent davantage le pubic qu’elles n’effraient l’ennemi. Et après ce qu’on a vu ce soir, on souhaite bien du courage aux fans des Raptors cette saison.

Après un excellent début, bien aidé par l’aimant à rebond lituanien Valanciunas, les Raptors menaient 22-12. En back-to-back après une victoire obtenue au TD Garden, le 5 des Sixers était dépassé par l’énergie des canadiens. De Rozan voulait sans doute démontrer que sa prolongation pour le même montant que Holiday n’était pas une pure folie et Bargani se comportait comme le numéro 1 de la draft qu’il fut. Mais la second unit des Sixers se chargea de remettre les choses en ordre. Et au milieu du second quart, Philly disposait d’une avance de 9 points (38-29). Puis 14 points (47-31). Un autre match commençait. Pas des plus palpitants. Les Sixers ont géré parfois avec maladresse leur avance conquise dans un second quart d’anthologie.

Sur les huit premières minutes du second quart, les Sixers ont shooté à 11/12. What else? Ah si!La défense de Philly a limité, les Raptors à seulement 7 points dans le second quart. Après le troisième quart à dix points des Hornets, les hommes de Doug Collins ont une nouvelle fois éteint dans des proportions historiques le rendement offensif adverse. Et c’est avec une avance de 19 points (52-33), que Jrue Holiday et ses coéquipiers pouvaient entamer la seconde mi-temps.

En multipliant les mauvais choix, avec un % subitement déficient et une défense étonnement absente, les Sixers ont remis (un peu) les Raptors dans le match. Les locaux ne comptaient plus que 9 points de retard à 4 minutes du terme du troisième quart. Et alors que les Raptors imposaient un rythme rapide et que Bargani avaient les mains chaudes, la partie fut interrompue quelques minutes afin que l’on détermine si un shoot nickyougeste était primé ou non. Finalement les arbitres considérèrent que le shoot de Young ne valait que deux points. Il se chargea de le bonifier avec le +1 assorti à la faute subie.

Mais les hommes de Doug Collins imposant une intensité toute autre en défense que lors du second quart, laissaient petit à petit revenir les locaux. Plus que sept points séparaient les deux équipes à l’entame du dernier quart. En back-to-back, les Sixers, au terme d’un road trip qui les a conduit de la Nouvelle Orleans à Toronto en passant par Boston,  auraient du s’éviter un quatrième quart à enjeu. Si ce n’était pour eux, au moins pour nous.

Face aux Celtics, Evan Turner et Jrue Holiday ont apporté la victoire aux Sixers en réalisant des performances parmi les meilleures de leur carrière (points pour Turner, passes pour Holiday). Cette nuit, c’est la second unit qui nous apporte cette troisième victoire consécutive en trois déplacements. Avec 38 points venus du banc, contre 12 pour les Raptors, la second unit a rempli son rôle. Bien conduite par Spencer Hawes qui réalise un double double (12 points, 11 rebonds) et un Nick Young qui a profité de ses 32 minutes passées sur le parquet pour planter 16 pions. Et quand l’ancien clipper était sur le parquet, les Sixers présentent un bilan de +25…

Après six match de saison régulière, les Sixers présentent un bilan de 4 victoires pour deux défaites. Ils n’ont concédé la défaite que face à un seul adversaire, les Knicks de New York. Les hommes de Woodson sont invaincus. Alors oui, les Sixers ont battu, des Hornets privés du monosourcil le plus célèbre de la ligue et d’Eric Gordon, des Celtics en rodage, et des Raptors sans Lowry. Mais ces Sixers là sont aussi en rodage et privés de leur franchise player. Et ils gagnent. Au soir du 17 avril prochain, on ne se souviendra que du résultat.

Comments

Les plus populaires

Sixers-France se veut le lieu de rassemblement de la communauté des fans des Philadelphia 76ers. Site de référence sur la franchise, vous y retrouverez toute l'actualité concernant votre équipe favorite.

Fouillez dans les archives

Catégories

Facebook

Copyright - Sixers-France © 2012-2016

To Top