Andrew Bynum

Andrew Bynum manquera le début de saison. Et alors?

Comme prévu, Andrew Bynum est revenu à l’entraînement des 76ers, mercredi 24 octobre. Comme supposé, sa gêne au genou est toujours tenace et le pivot des Sixers n’a pas pris part à l’entraînement avec ses coéquipiers. Selon toute vraisemblance, il ne participera pas au match face aux Nuggets d’André Iguodala. Il devrait pour les mêmes raisons louper quelques matchs au mois de novembre. Mais la vraie source d’inquiétude pour les Sixers n’est pas l’absence de leur Franchise Player, mais bien la pression des attentes que sa venue a suscité en Pennsylvanie. Le danger n’est pas de devoir jouer en novembre, voire décembre sans Andrew Bynum. Le danger pour les 76ers c’est au contraire de précipiter son retour.

Une bonne raison d’espérer que l’encadrement des 76ers ne précipitera pas le retour à la compétition de l’homme autour duquel ils veulent bâtir l’avenir de la franchise, au delà de leurs déclarations, réside dans l’expérience du coach. Toute sa carrière de joueur, passée intégralement avec un jersey des Sixers sur le dos, Doug Collins a du batailler avec des blessures chroniques. Il sera le parfait conseiller de son joueur. Les blessures aux genoux de l’ancien Laker sont chroniques. Depuis son arrivée dans la ligue, le jeune pivot n’a disputé qu’une seule saison complète en 2006-2007.

Les gênes que ressent Andrew Bynum aux genoux ne disparaîtront pas. Il devra poursuivre sa carrière en acceptant cette gêne qui ne fera que s’évaporer sous l’effet des injections de lubrifiants ou des traitements allemands qu’il reçoit. Mais en l’occurrence ce qui l’éloigne des terrains ce ne sont pas ses problèmes chroniques mais les conséquences d’une contusion osseuse sur le genou droit. En revanche, un retour précipité à la compétition pourrait bien causer des dégâts bien plus sévères que les avantages qu’il pourrait générer.

Qu’il prenne tout le repos nécessaire. Philly n’a pas besoin de lui maintenant. Philly a besoin de lui pour les 5 prochaines années. En envoyant Iguodala et son contrat de 14 millions de dollars à Denver, les Sixers n’ont pas cherché à faire de Bynum un Sixer pour le mois de novembre mais d’en faire un Sixer à vie. Tout comme Holiday le sera.

Objectivement avec ou sans Bynum, les Sixers ne sont pas des candidats au titre cette saison. Ils ne sont même pas un candidat au titre de la terrible Atlantic Division. Ce qui est en jeu cette saison, c’est la construction d’un effectif capable de jouer le titre dans les années à venir, avec comme homme de base, le second meilleur pivot de la ligue. Il y a pire comme projet. Et cela vaut bien la peine de patienter quelques semaines pour voir le Big Man avec un Jersey de Philly. Dans sa dernière année de contrat, Bynum est aussi au pied du mur. Il doit démontrer cette saison qu’il est capable s’assumer un statut de Franchise Player, s’être la première option offensive de son équipe pendant plus de 30 minutes. Bref justifier le contrat maximum sur 5 ans que les Sixers lui proposeront.

Pour Bynum, comme pour les Sixers les défis à venir sont d’ampleur. Mieux vaut les commencer sur des bases saines,…et des genoux solides.

 

Comments

Les plus populaires

Sixers-France se veut le lieu de rassemblement de la communauté des fans des Philadelphia 76ers. Site de référence sur la franchise, vous y retrouverez toute l'actualité concernant votre équipe favorite.

Fouillez dans les archives

Catégories

Facebook

Copyright - Sixers-France © 2012-2016

To Top